Mot du Recteur du Séminaire

            Chers amis, je saisis cette occasion pour adresser mes salutations les plus sincères et cordiales à tous ceux qui nous lisent. Je m’appelle p. Graziano Michielan, prêtre missionnaire originaire d’un tout petit village (Rio San Martino di Scorzè) de la Province de Venise dans le Nord-Ouest de l’Italie. Après la formation au grand séminaire de Monza d’abord et de Milan ensuite, j’ai été ordonné prêtre le 17 Juin 1988. Affecté en Côte d’Ivoire, j’ai travaillé pendant plusieurs années dans le domaine de l’évangélisation dans le diocèse de Bouaké d’abord, de Grand Bassam ensuite et pour terminer j’ai été réaffecté au Diocèse de Bouaké pour l’ouverture de la nouvelle paroisse Saint Antoine de Padoue de Ouassadougou chez le peuple N’Guen entre Satama-Soukoura, Prikro et M’Bahiakro.

 

             Je suis arrivé au Cameroun le 02 Juillet 2019, je suis resté un temps d’environ 10 jours avec père Fabio pour la passation de service, lui (père Fabio) il est parti pour sa nouvelle fonction en Italie : Recteur de la maison Mère et Centrale de Milan. Moi par contre, j’ai pris la relève et je suis en train de faire de mon mieux pour continuer le service dans la formation ici au Séminaire international : Vénérable Angelo Ramazzotti. Comme dans tous les domaines, aussi ici il faut beaucoup de patience et beaucoup d’humilité pour entrer dans ce nouveau service très important et délicat qui est la formation, dans le respect de ceux qui m’ont précédé. De mon côté, je prie le Seigneur afin qu’il accorde en abondance son Esprit Saint pour pouvoir conduire à bonne fin la mission qui m’est confiée.

Je voudrais en même temps vous faire savoir que depuis mon arrivé, un climat positif d’entente et d’estime réciproque anime les formateurs qui sont très différents, soit par l’âge, que par leurs différentes expériences de mission qu’ils portent comme richesse personnelle. De cette entente et estime réciproque je remercie le Seigneur, je pense que ce soit le don le plus grand que l’Esprit Saint est en train de nous faire : celui de l’unité dans la diversité. Bien que ce soit un don je suis de l’avis que ce soit en même temps un objectif auquel nous devons tendre chaque jour et une grâce à préserver avec beaucoup de soin, en effet l’entente et l’estime réciproque entre nous les formateurs sont un pilier très important de tout notre service dans la formation.

 

              Cette année nous avons un séminariste en première année de théologie ; six en année de spiritualité, six en deuxième année, encore six en première année, enfin trois séminaristes dans l’année d’étude de la langue française. L’effectif monte à 22 séminaristes qui sont accompagnés par trois formateurs.

La rentrée a eu lieu le 15 Septembre ; dans la semaine qui a suivi nous avons travaillé pour l’organisation et la programmation de la nouvelle année du séminaire. C’était des réunions communautaires pour mettre en place la structure qui doit nous guider pendant cette nouvelle année. Il a été défini le thème qui nous accompagnera : "Me voici Seigneur, je viens pour faire ta volonté" (Hb 10,9). C’est le recteur (moi-même) qui a présenté le thème, le vice-recteur qui a expliqué l’organigramme de la vie du séminaire et le père Spirituel qui a parlé des aspects importants de la vie spirituelle et de la Liturgie. Nous avons approfondi tous les points de l’ordre du jour, en précisant le chemin à suivre pour atteindre le but soit dans le domaine de la vie spirituelle, soit dans celui de la vie communautaire, soit dans les domaines de la vie académique et pastorale. Nous nous sommes accordés le temps nécessaire pour approfondir le chemin à suivre, les objectifs à atteindre, les étapes intermédiaires de même que les moyens à utiliser.

              Après la semaine des orientations a fait suite celle des Exercices Spirituels. Nous nous sommes rendus auprès de la communauté de Saint François de Sales à Ngoya-Yaoundé, qui se trouve à environ 15 Kilomètres de notre séminaire. C’est le père Giuseppe Parietti qui a animé ce temps fort de retraite annuelle. Il nous a présenté l’exhortation Apostolique Evangelii Gaudium, la Joie de l’évangile du pape François. Le prédicateur a souligné les différents aspects de ce document en nous conduisant, toujours guidés par la Parole de Dieu, à une expérience de vraie rencontre avec le Christ Ressuscité présent dans la Parole, dans les sacrements, notamment dans l’Eucharistie, dans les enseignements du Magistère et dans la vie et le témoignage des Saints dont il nous a présenté quelques merveilleux portraits. Il nous a exhortés à vivre chaque jour dans les divers moments que la vie de séminaire nous offre cette rencontre avec le Seigneur. Il a beaucoup insisté sur le fait que le temps du séminaire est un temps de grâce accordé par le Seigneur pour que chaque séminariste puisse «tomber amoureux de Jésus ». 

Lundi 30 Septembre, l’école de Philosophie a ouvert ses portes à l’Institut Saint Joseph Mukasa, Consortium des Instituts de vie consacrée présents dans le territoire. Nous les formateurs avions participé à la Sainte Messe qui a inauguré la nouvelle année académique. Dans le programme, il y avait la leçon inaugurale suivie d’un moment de partage ou agapè fraternelle. Aussi ce même jour, ceux qui sont en année de langue ont débuté leur cours avec un grand désir de pouvoir avancer dans la compréhension et dans l’expression de la langue française, pour pouvoir exprimer à tous la richesse d’expérience dont ils sont porteurs.

             

             Enfin, le lendemain le séminariste Arsène Koutouan, par ailleurs étudiant en première année de Théologie et moi-même sommes-nous rendus à Ngoya où se trouve la faculté de théologie pour la Sainte Messe qui a inaugurée la nouvelle année académique suivie de la leçon inaugurale et d’un copieux repas pour professeurs et formateurs.

Je remercie le Seigneur pour tous ses bienfaits notamment de cette nouvelle année, de tous les jeunes qui sont au séminaire, de formateurs. Ensemble nous Lui confions cette nouvelle année afin qu’elle puisse porter beaucoup de fruits. Je demande à tous et à chacun de nous accompagner par leur prière et leur témoignage de vie, et je demande au Seigneur pour tous mais en particulier pour tous les formateurs le don de l’Esprit Saint afin que sous sa conduite nous puissions mener à bien la mission qui nous est confiée.

                                                                                                    Père Graziano MICHIELAN

ANNÉE DE SPIRITUALITÉ

 

Classe de l'année de spiritualité 2018-2019

Qu’est-ce que c’est ?

       C’est une période d’expérience spirituelle que le  PIME propose à ses étudiants afin qu’ils acquièrent :

a) une expérience et une connaissance en profondeur et systématique de la vie spirituelle ;

b) Une assimilation convaincue des exigences objectives de la vocation missionnaire et presbytérale et de la propre situation intérieure devant l’appel divin et ecclésial ;

c) Une initiation à la vie et à l’esprit de l’Institut, en vue de l’insertion en ce dernier (Documenti Capitolari, 655).

Finalité:

              L’Objectif  de l’année de spiritualité est d’aider les candidats à faire un discernement systématique sur quelques aspects de la vocation au sacerdoce ministériel et à la mission à travers l’Institut missionnaire PIME. Ces aspects essentiels peuvent être regroupés en quatre points :

  1. L’appel à la consécration

  2. L’appel à la consécration à travers la mission

  3. L’appel à la consécration à travers le sacerdoce

  4. La réalisation de l’appel à la mission et au sacerdoce dans le PIME, en intériorisant le charisme et la spiritualité.

​               Puisque « la formation spirituelle est la composante dominante aussi de l’itinéraire formatif qui aboutit à la promesse initiale et au rite d’admission parmi les candidats au diaconat et presbytérat » (Direttorio generale della formazione, aggiornato al 18 febbraio 2015, nr. 2014.), C’est important que tous ceux qui se préparent au sacerdoce ministériel, « après avoir accompli les études philosophiques passent une période intense de vie spirituelle, dans une communauté appropriée de formation de l’Institut érigée pour telle fin. Cette période (une année académique pour tous) reste incorporée à la communauté formative du premier cycle, mais elle a des moments propres et un programme organisé ad hoc ». (Ibidem, N° 206.)

             Les candidats missionnaires laïques et presbytes en font ensemble, avec la possibilité que la dernière partie soit diversifiée pour donner une empreinte spécifique à ces deux formes de vocation missionnaire.

L’icône spirituelle de référence de telle période est le Christ Évangélisateur (C16) et toute l’année de spiritualité se propose de structurer un parcours d’identification à Jésus Seigneur qui annonce le Règne de Dieu, instruit une communauté de disciples afin que continuent son œuvre à travers le don de l’Esprit Saint et consigne la propre vie au Père comme sacrifice de salut pour l’humanité.

               Du point de vie méthodologique, les candidats seront accompagnés pendant ce parcours d’identification au Christ à travers quelques sessions qui introduisent quelques dynamiques spécifiques de la prière et du discernement spirituel à travers un parcours éducatif qui présente, soit en forme théorique que pratique, quelques formes et modalités de prière typiques de la tradition de la spiritualité chrétienne et du discernement des esprits.

                                                                                                                                                                                                                Père Francisco DA SILVA, PIME

 

                                                                                              LA PROMESSE INITIALE 2019

             Dimanche 30 juin, sept jeunes de Guinée Bissau, de Côte d'Ivoire et du Cameroun ont fait la promesse initiale d'adhérer au PIME et le rite d'admission entre les candidats diaconaux et presbytéraux

 

            Dès le lever du jour, le dimanche 30 juin 2019, la communauté du séminaire philosophique international "Monseigneur Angelo Ramazzotti" de Yaoundé était très émue, mais grâce à un "bon enthousiasme" ... Sept jeunes de la circonscription de Guinée Bissau , de Côte d'Ivoire et du Cameroun, ils se préparaient à un moment très important et attendu pour l'ensemble de la communauté du séminaire: la célébration de la promesse initiale et le rite de l'admission parmi les candidats au diaconat et au presbytère.

            Comme si cela ne suffisait pas pour ce climat d’effervescence, une panne dans la plomberie du séminaire - à l’aube de ce dimanche tant attendu - créait des difficultés pour ceux qui devaient se laver, s’habiller pour une fête, bref se préparer pour cette belle fête. Pendant que le recteur du séminaire et certains séminaristes réparaient la faille, les autres séminaristes se rendaient au lieu de la célébration, la paroisse dédiée à Marie, Notre-Dame de Lourdes à Yaoundé, paroisse confiée aux missionnaires PIME depuis plusieurs années.

            À 9 heures du matin, l’Eucharistie a commencé, avec une large participation des fidèles, y compris de nombreux jeunes. Tous les fidèles rassemblés dans l'église ont participé avec sérieux et attention à un moment important et magnifique: la "promesse" de sept jeunes Africains qui ont dit leur "oui" à un engagement missionnaire "ad vitam, ad gentes, ad extra et ensemble" parmi les missionnaires PIME.

            À la fin de la célébration eucharistique, un déjeuner dans les locaux de la paroisse, avec environ 200 personnes invitées, a clôturé cette fête. Les fidèles de la paroisse dédiée à Marie, Notre-Dame de Lourdes, garderont dans leur cœur et par leur prière l'engagement de ces jeunes qui souhaitent consacrer leur vie à la mission, sans doute accompagnée de l'amitié de tout.

                                                                                                                                                                                                                                                    Père fabio BIANCHI
                                                                                                                                                                                                                                                           Recteur d'alors.

 

L'ORDINATION PRESBYTERALE ET LA REMISE DE LA CROIX   DU  PERE ROMULAD........   

     En la paroisse Dame de Lourdes de Ntem-a-si, à Yaoundé-Cameroun s’est tenu l’ordination presbytéral d’un nouveau missionnaire PIME originaire du Diocèse de Bafia le samedi 24 Août 2019.

            L'ordination presbytérale de Romuald Ayangma Babilam a été présidée par l'évêque Diocèse de Batour en occurence Mgr Marcellin Marie Ndabnyemb.

Il faut noter que la communauté du séminaire par un groupe restreint composé du recteur, du directeur spirituel accompagné de six séminaristes ont une part active soit dans l’organisation de cet évènement, soit à la partiipation à la fête. Notons que  c’est avec un grand enthousiasme que la communauté de Ntem-A-Si a préparé les moments de célébration et la célébration suivante avec engagement.

            Marquons la présence des pères du PIME du Sud et de l'Extrême-Nord du Cameroun, du Tchad, des confrères du Brésil et du Bangladesh, ainsi que par les fidei donum du Diocèse de Tréviso au Tchad, des prêtres diocésains qui ont concélébrée la sainte messse. Sans toutefois oublier les religieuses de l'Immaculée (du PIME), d'autres congrégations religieuses, les missionnaires laïcs du PIME, les laïcs de l'Alpage, les parents et amis et toute la communauté de Ntem-A-Si.

 

            La célébration était très participative et s'est déroulée dans une belle atmosphère de méditation, de prière et de célébration. À la fin de la célébration, le P. Romuald a prononcé un discours bref et sincère dans lequel il a brièvement raconté son histoire, rappelé ses parents, remercié sa famille d'origine et les amis qu'il a rencontrés au cours de son voyage, sa famille Pime et les communautés du Brésil et du Tchad où il a servi durant ces années.

            Après la célébration, un beau moment festif a été partagé à la paroisse puis à la maison de la tante.

            Le dimanche 25 août à 9 heures, toujours à la paroisse Notre Dame de Lourdes, le père Romuald a célébré sa première messe entouré de parents, d'amis, de la famille PIME et de la communauté de Ntem-A-Si dans une atmosphère de vraie joie. Nous avions prit part  ce merveilleux moment de convivialité.

            Le père Romuald est né dans le village de Labié en 1983. Le 15 septembre il a reçu des mains de l'archevêque de Milan, Mgr. Mario Delpini le crucifix(la croix missionnaire), à l'occasion de l'inauguration du nouveau centre missionnaire PIME.

Cédric Dossou ASSAH,

PHILO II